Le blues des phalènes, Roman

Valentine Imhof

Le Rouergue

  • par (Libraire)
    28 avril 2022

    LE grand roman noir de l'Amérique de la Grande Dépression

    "Valentine Imhof aime surprendre et emmener le lecteur vers des horizons que peu ont osé explorer avant elle, et rarement avec autant d’allant. Ses personnages sont profonds, habités et s’emparent du lecteur au détour d’une phrase ou d’une page, sans crier gare, pour s’installer durablement dans nos coeurs et dans nos âmes.
    Ouvrir un livre de Valentine Imhof est toujours une aventure. On a beau s’y engager en confiance, rien n’est joué d’avance. Il faut se laisser prendre par les mots, se laisser happer par les ambiances… C’est un risque à prendre, mais le lecteur comprendra vite que les personnages qu’il découvre vont l’accompagner longtemps et continuer à faire la route avec lui.
    C’est une marque de fabrique. Un talent rare. C’est ce qui différencie l’auteur de l’écrivain.
    Avec Le blues des phalènes, son troisième ouvrage publié aux Editions du Rouergue, Valentine Imhof délaisse les terres du polar (Par les rafales, Zippo) pour s’essayer avec brio au roman noir. Epopée, roman épique, grand roman américain… ? Le lecteur cherchera longtemps dans quelle catégorie déposer Le blues des phalènes. C’est l’effet que font les grands romans, les lectures salutaires, les textes qui marquent, les écrits qui durent...
    Récit de vies, brisées, Le blues des phalènes nous emmène à la rencontre de quatre personnages ballottés par les événements, abimés par la vie, malmenés dans leurs tentatives de survie dans l’Amérique de la Grande Dépression.
    Nous sommes en 1935, en 1933, ou en 1931 et découvrons au fil des pages les personnages de Milton, d’Arthur, de Pekka et de Nathan. A la naissance, tout les sépare, si ne n’est le désir fou qu’éprouve chacun d’entre eux de s’extraire de sa condition, de choisir librement son avenir, pour être enfin quelqu’un d’autre.
    Ce qui les rassemble ? Avoir été au mauvais endroit au mauvais moment. A Halifax, le 6 décembre 1917. Une explosion gigantesque ébranle la Nouvelle Ecosse et fait trembler l’Amérique. Une tragédie sans précédent qui donne à chacun de nos héros l’illusion de pouvoir repartir à zéro en essayant d’oublier sa vie d’avant…. Mais peut-on réellement échapper à la roue du destin ? Chacun l’apprendra à ses dépends, après avoir cru, pourtant, y parvenir…
    Au-delà de ces récits de vie, d’un réalisme poignant, Le blues des phalènes est aussi un de ces grands romans américains au souffle épique. Un roman de l’Amérique d’en bas, celle qu’ont révélé
    Jack London, Boxcar Bertha, John Steinbeck, Cormac Mc Carthy, Russel Banks, Howard Zinn ou Benjamin Whitmer… L’Amérique que dépeint Valentine Imhof, c’est celle des petits, des sans grades, celle sur laquelle s’est construite l’Amérique officielle, dans la violence, le bruit et la fureur… Valentine Imhof s’inscrit de plain pied dans cette tradition littéraire et lui rend justice en révélant ici ou là l’envers du décor : ce qui se cache derrière les visages de pierre de Mont Rushmore, le tribut payé à l’édification du Hoover Dam, les victimes du drame de Halifax, les humiliations faites aux freaks dans les zoos humains, les mauvais traitements infligés aux éleveurs navajos ou aux ouvriers agricoles de Salinas… Un condensé d’infamie sur fond de brutalité de classe et de tentation fasciste… Toute une époque...
    Le blues des phalènes, c’est la fresque sanglante d’une Amérique magnifique mais terrifiante, l’Amérique vécue par quatre déclassés pourtant pétris d’espérance… C’est aussi un roman splendide qui fait définitivement entrer Valentine Imhof dans la cour des grands.
    Une lecture salutaire et urgente. "


  • par (Libraire)
    1 mars 2022

    Dans l’Amérique des 30, la crise jette des millions d'affamés sur les routes.
    Quatre destins vont s'y croiser, des personnages bien différents les uns des autres, jusqu'au dénouement final qui les réunira; l'explosion du 6 décembre 1917 de la ville d'Halifax au Canada.
    Valentine Imhoff nous livre un récit rugueux, intense et majestueux sur la grande dépression qui rappelle notre époque.


  • 20 janvier 2022

    Un texte magnifique porté par un souffle épique !

    Un récit choral articulé autour de l'explosion qui détruisit la ville d'Halifax en Nouvelle-Écosse en décembre 1917. Cette catastrophe, trop peu connue en Europe, est le pivot central de ce roman autour duquel s'articulent les destins brisés d'une poignée de personnages qui errent dans l'Amérique du Nord de l'entre deux guerres, du crash de 1929 et de la grande récession aux premières grandes luttes syndicales sur fond de montée de la tentation fasciste au milieu des années 30. L'écriture de Valentine IMHOF est nerveuse et dynamique, toute entière dédiée à ce récit vif, haletant et épique dont la structure d'ensemble est magnifique de pertinence ! À dévorer absolument sans aucune modération !


  • par (Libraire)
    8 janvier 2022

    Les passagers d'Amérique

    Quatre destinées entre espoir, chagrin, coup du sort et renaissance…

    Dans l’Amérique des années 30 en pleine Prohibition, le destin de quatre personnes marquées par une tragédie : Halifax, le 6 janvier 1917 avec cette explosion capable de raser une ville entière.

    Pierre angulaire de leur existence, Halifax n’est que la partie visible de leur colère et de leur chagrin. Quelle existence est désormais la leur? Rage de vivre, mélancolie des routes et joie sauvage, il est désormais temps de trouver l’apaisement...

    Un roman à l'écriture fine et percutante, sur les cicatrices de l'Histoire tout autant que les cicatrices de la vie.