2, Katana - Tome 2

2, Katana - Tome 2

Jean-Luc Bizien

Pré-aux-clercs

  • Une belle fin de série

    SPOILERS sur le Tome 1

    Ce second tome reprend exactement où nous avait laissé l’auteur. Souvenez-vous… à la fin du premier tome, Jean-Luc Bizien lâchait une bombe : Ichirô, Ôno, Buta, Aiko et Jôtaro sont en fait frères et sœurs. À partir de là, Hatanaka dévoile une bonne fois pour toute la vérité sur leur origine, la mort de leur mère, leur naissance des plus atypiques… Il ne leur épargne rien. Après ce dur récit, les enfants de Toshirô n’ont plus qu’une seule envie : venger leurs parents et voir mourir le daimyo de leurs mains.

    J’ai beaucoup aimé ce second tome. Ichirô et ses compagnons poursuivent leur quête et font face aux obstacles sans faiblir, même lorsque le découragement n’est pas loin. Les révélations que fait Hatanaka permettent d’en savoir plus sur les cinq compères, d’apprendre à mieux les connaître. Et personnellement, je ne les en apprécie que plus !

    Comme le premier tome, ce second volet est imprégné de la mentalité japonaise, si particulière. C’est difficile à expliquer, mais malheureusement à certains moments, j’avais l’impression que ce mode de pensée qui fait toute l’âme du roman disparaissait au profit du mode de pensée occidentale. J’ai trouvé cela dommage, mais cela ne m’a pas empêchée d’apprécier le roman. La fin est tout à fait inattendue et surprenante. Mais elle clôt très bien ce diptyque.

    En conclusion, une série que je vous recommande si le japon médiéval – avec une pointe de fantastique, tout de même – vous fascine. Les personnages sont attachants et l’histoire est prenante.