Le chemin s'arrêtera là

Le chemin s'arrêtera là

Pascal Dessaint

Rivages

  • 17 août 2015

    suspens

    Ces pages ne respirent la joie de vivre, loin de là. L’auteur nous emmène dans une lande battue par les vents, polluée par le vapocraqueur qui rythme les journées, sans espoir de travail.

    Roman choral, les premiers chapitres sont arides, il m’a été difficile d’entrer dans la petite musique de l’auteur. Puis l’histoire prend forme et les liens entre les personnages apparaissent.

    C’est triste, noir, d’autant plus qu’une certaine réalité se cache derrière.

    Seule poche d’espoir, la présence des phoques que d’aucuns aperçoivent parfois. Mais est-ce une bonne nouvelle, finalement ?

    L’image que je retiendrai :

    Celle de Michel se passionnant pour les super-tankers entrant et sortant devant ses yeux.

    https://alexmotamots.wordpress.com/2015/08/02/le-chemin-sarretera-la-pascal-dessaint/


  • 4 mars 2015

    Dans le Nord de la France sur un littoral flanqué d'un bassin minéralier, d'une centrale nucléaire, d'anciens blockhaus et d'usines qui ont fermé, des personnages habitent dans ce paysage désolant. La mer et l'air sont polluées dans ce coin mais les personnages s'y accrochent. Ils n'ont rien connu d'autre, ont perdu leur emploi pour la plupart ou sont ouvriers et semblent subir les journées. Certains d'entre eux portent en eux des faits inavouables, se trouvent des excuses comme pour s'en dédouaner mais aussi des espoirs. Ces laissés pour compte se débrouillent, se croisent, connaissent les habitudes des uns et des autres.


    En donnant la parole à chacun des personnages accidentés par la vie, les histoires mais surtout les vies de chacun et la passé nous sont révélés. Mais l'auteur ne s'arrête pas une situation globale à un moment donné, il les lie par plusieurs actes. Des faits exécutés quand on n'a plus rien à perdre mais aussi des élans de solidarité ou des envies de changer le futur.
    Avec une écriture franche, sans fioritures qui colle aux personnages et rend à merveille l'ambiance et ce paysage où même la nature semble sordide, Pascal Dessaint nous entraîne dans ce roman/polar social noir. Ca secoue, ça fait mal, ça prend aux tripes, ça serre la gorge... Il nous dépeint une réalité que l'on oublie trop souvent, le quotidien et les préoccupations de certaines personnes mais aussi une vraie humanité pour certaines. Et le tout sans aucun pathos.
    Un livre saisissant lu en apnée totale !


  • 11 février 2015

    Coup de coeur policier

    Dans son nouveau roman à l'intrigue savamment orchestrée, Pascal Dessaint dresse un subtil portrait de la misère humaine, à travers une galerie de personnages échoués sur un bout de côte industrialisé. Il y a là Cyril, qui vit dans une caravane avec Mona depuis qu'il a perdu son emploi. Il y a Louis et Gilles, deux gamins trop tôt abimés par la vie. Il y a Michel et Jérôme, dont l'amitié s'est envolée avec une femme. Et puis il y a Wilfried, qui pêche.
    Alors que le passé trouble des protagonistes refait lentement surface, d'autres événements dramatiques viennent s’ajouter à ce sordide huis clos. Jusqu'où ira l'escalade de la violence ? Est-ce qu'il existe des situations où tuer devient un acte moral ?
    Lecteurs, ne passez pas votre chemin !