Flora Tristan
EAN13
9782072820267
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
NRF Biographies
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Flora Tristan

Gallimard

NRF Biographies

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782072820267
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    15.99

  • Aide EAN13 : 9782072820236
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    15.99

Autre version disponible

« Une drôle de bonne femme » pour Gauguin, son petit-fils ; « la cousine de
Marx et la grand-mère du MLF » pour ses admirateurs de 68 ; une héroïne
romantique pour André Breton : tout au long de sa courte vie, Flora Tristan
(1803-1844) n’a cessé de brouiller les représentations convenues. Elle qui se
voyait comme « un être à part » anticipe les sensibilités de notre époque. Née
aux marges de la société, elle refuse très jeune de confiner son existence ;
de cette marginalité même elle fera un étendard : la Paria, une « indignée »
avant l’heure. Cette biographie recompose l’itinéraire d’une femme
intempestive qui bouscule ses contemporains en se risquant dans cette chasse
gardée masculine qu’est l’espace public. Constituer la classe ouvrière,
proclamer l’égalité des sexes, redéfinir le code amoureux en consacrant le
principe du consentement explicite des femmes : voilà la mission qu’elle se
donne. Inlassablement, elle prend la plume, s’aventure sur le terrain pour
affronter le spectacle de la misère, au Pérou, en Angleterre et à travers la
France, à la rencontre des prolétaires – compagnons du Tour de France,
associations ouvrières, vétérans des insurrections de canuts... Flora Tristan,
enfant du siècle des prophètes et des mages romantiques, transfère sur le
peuple une sacralité créée par la Révolution. L’originalité de celle qui se
voyait en apôtre de l’égalité est d’avoir placé l’identité sexuelle au cœur de
la question sociale, avec une netteté et une radicalité inédites. Elle se
sentait appelée à « faire sonner le 89 des femmes » pour enfin pouvoir
réaliser le 89 des ouvriers, et ainsi l’émancipation du genre humain.

*[23 avril]: selon le calendrier julien
S'identifier pour envoyer des commentaires.