Dans l'extrême Far West
Éditeur
La Gibecière à Mots
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Dans l'extrême Far West

La Gibecière à Mots

Offres

  • AideEAN13 : 9782374637013
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    1.99
**Richard B. Johnson**

"Un pays dont on entend rarement parler aujourd’hui fit soudainement – il nous
semble qu’il n’y a de cela que quelques années – un fort grand bruit dans le
monde : ce pays était la Colombie anglaise. Des récits merveilleux parurent
dans le Times, et, dans ces récits, il n’était question que de la prodigieuse
richesse des mines d’or de cet Eldorado, et des nouveaux et vastes champs
qu’il offrait à l’esprit d’aventure des émigrants.

Jeune alors et plein de cet amour des entreprises lointaines qui caractérise
la race anglo-saxonne, je ne pus lire ces récits sans en être d’autant plus
fortement impressionné, que la situation de cette colonie, isolée du monde
civilisé, et sa nature vierge et sauvage, ajoutaient quelque chose de
romanesque à ses autres charmes. Ce fut ainsi qu’ayant fait par hasard la
connaissance d’un chercheur d’or récemment revenu d’Australie, et qui se
proposait de mordre encore à l’hameçon, je me déterminai à lui offrir de
l’accompagner, pour chercher avec lui les aventures et, si possible, la
fortune.

Nous eûmes bientôt formé nos plans, bouclé nos malles et pris passage pour
l’Eldorado (via Panama et San-Francisco) à bord du steamer qui fait le service
de la malle entre Southampton et les Indes occidentales. Cent cinquante
aventuriers environ avaient pris comme nous passage sur l’avant, et faisaient
sensation, sur ce navire aux allures tranquilles, aristocratiques,
respectables.

Bien que la plupart d’entre nous appartinssent par leurs antécédents à une
classe supérieure à celle des passagers qui voyagent en troisième, nous
formions, à l’avant, une compagnie fort mêlée. Il y avait un grand nombre de
clercs, de commis, et d’autres jeunes gens de la même classe, qui, de leur
vie, n’avaient touché un instrument de travail manuel ; quelques fils de
clergymen (pour la plupart mauvais sujets accomplis), quelques hommes en qui
on pouvait reconnaître les traces d’une éducation universitaire ; un petit
nombre d’israélites acharnés au commerce ; et enfin quelques gaillards
solides, reconnaissables à leur teint bronzé et à leur costume de mineur, pour
des gens qui, de même que mon compagnon, avaient abandonné d’autres pays
aurifères pour tenter la chance dans celui que l’on venait de découvrir."

Richard B. Johnson, subjugué par les récits sur les mines d'or, décide de
partir à l'aventure et s'embarque pour ce nouvel Eldorado : la Colombie
britannique... Vérité ou fiction ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.