Rescapée du goulag chinois, Premier témoignage  d’une survivante ouïghoure
Éditeur
Éditions des Équateurs
Date de publication
Collection
Documents
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Rescapée du goulag chinois

Premier témoignage d’une survivante ouïghoure

Éditions des Équateurs

Documents

Offres

  • Aide EAN13 : 9782849908242
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    12.99

  • Aide EAN13 : 9782849908259
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    12.99

Autre version disponible

Elle a enduré pendant trois ans des centaines d’heures d’interrogatoires, la
torture, la faim, la violence des policiers, le bourrage de crâne, la
stérilisation forcée, le froid, les rats, les nuits sous le néon aveuglant
d’une cellule, les mécanismes de destruction kafkaïens. Elle s’appelle
Gulbahar Haitiwaji et elle est la première femme ouïghoure rescapée des camps
de rééducation chinois qui ose parler. Ces camps sont à la Chine ce que le
Goulag était à l’URSS. Depuis 2017, plus d’un million de Ouïghours y ont été
déportés. Les Xinjiang Papers, révélées par le New York Times en novembre
2019, décryptent une répression s’appuyant sur une détention de masse, la plus
grande depuis l’ère Mao. Aujourd’hui, on parle de « génocide ». Le Parti
communiste chinois, qui nie leur caractère concentrationnaire, en légitime
l’existence par la « lutte totale contre le terrorisme islamique,
l’infiltration et le séparatisme ». Les Ouïghours sont une ethnie musulmane
turcophone qui peuplent le Xinjiang. Une région très convoitée par le Parti
communiste chinois car elle se situe sur les « nouvelles routes de la soie »,
le projet politique phare du président Xi Jinping. Le témoignage de Gulbahar
est terrifiant : elle raconte ce qu’elle a vécu dans les entrailles du système
concentrationnaire chinois et comment elle a été sauvée grâce aux tractations
acharnées de sa fille et du Quai d’Orsay.
S'identifier pour envoyer des commentaires.