Construire son chemin, du petit train à la voiture neurologique, un AVC, Ma vie m'appartient
Éditeur
Librinova
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Construire son chemin, du petit train à la voiture neurologique, un AVC

Ma vie m'appartient

Librinova

Offres

  • AideEAN13 : 9791026278566
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    14.99
Lorsque d'une vie inintéressante, nous avons le choix de la rendre
intéressante. Un évènement n'est significatif qu'en lui donnant des valeurs,
celles de la vie. Un accident cérébral vasculaire engendre le mépris social de
la vie, un avenir radieux peut devenir méprisable au son de cloche teintée de
violence et d'horreur dans la société actuelle à l'ère du numérique et de la
technologie. L'apparence de l'accident redonne la place à l'existence de
l'être, que si on sait lui donner sens. La vie ne s'arrête pas à un accident
parfois, il arrive que certaines personnes deviennent encore plus grandes, si
on a de la chance et du toupet. Cependant, c'est la société qui méprise la vie
humaine. J'ai fait déjà des études supérieures avant, et durant mon accident,
je continue mon chemin malgré des hauts et des bas de notre société, en
étudiant et en cherchant la continuité de mon chemin, chaotique certes, mais
tout à fait logique. On me dit tout le temps, pour vous la vie se finit avec
l'AVC, moi je vous dis, votre imagination n'est pas la mienne, la vie ne fait
que commencer avec l'AVC. Ce n'est pas toujours le cas des AVC, mais on peut
s'aider à mieux le cerner et à l'apprivoiser. Seulement, il n'y a juste pas de
mots pour expliquer les mots, même au-delà des néologismes de l'esprit. Bien-
sûr, la révolte contre une société malveillante. Votre dépression est la
vôtre, ma tête reste la mienne. Qui ose dire que ma vie vous appartient sans
moi ! Oser, c'est aller au-delà des autres.
S'identifier pour envoyer des commentaires.