La Grande Peur dans la montagne
Éditeur
République des Lettres
Date de publication
Langue
français
Code dewey
843
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Grande Peur dans la montagne

République des Lettres

Offres

  • Aide EAN13 : 9782824902845
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    4.99

Autre version disponible

Texte intégral révisé suivi d'une biographie de Charles-Ferdinand Ramuz. "Il y
a chez Ramuz du primitif, du témoin de l'Ancien Testament, de l'inspiré naïf
et à la fois très affiné par une longue culture du poétique et du mystique.
Comme si " _La Grande Peur dans la montagne_ " trouvait sa force tout ensemble
dans l'effroi viscéral de l'être nu, brut, sans défense, et dans l'intuition
élaborée et savante de l'angoisse spirituelle et des ressources
hallucinatoires de la crainte. Avec cette façon si étrange de mêler la nature
et le surnaturel, le là et l'au-delà, pour revenir à la définition de Roger
Caillois. L'arme affûtée de l'art fantastique. Une rhétorique peu évidente,
logiquement mal définissable et pourtant visible, audible, touchable, parce
que ce sont premièrement les sens qu'elle atteint, et qu'elle entretient
ensuite dans un état d'alerte obsédant et incantatoire. Car l'incantation
porte la peur, de part en part du roman, et c'est sur le rythme de la
répétition que se déroule cette épopée triste, comme une chronique lamentable
de l'échec, de la désillusion et de la mort. Puisque telle est l'issue de "
_La Grande Peur_ ", et avec elle la liste des morts qui clôt le roman de sa
sobriété poignante, le romancier prophète nous réservant, en classique, la
morale explicite pour la fin, quand tout a basculé dans la défaite: "... c'est
que la montagne a ses idées à elle, c'est que la montagne a ses volontés." De
sorte que l'énumération funèbre des disparus et cette sombre sentence ferment
moins cette histoire qu'elles ne l'ouvrent sur un avertissement lourd, et
solennel, qui retentit en nous, une fois encore, comme une Parole revenue du
fond des âges sacrés." — Jacques Chessex.
S'identifier pour envoyer des commentaires.