Les outils et leurs symboles
EAN13
9782865532834
ISBN
978-2-86553-283-4
Éditeur
Godefroy
Date de publication
Collection
FRANC MACONNERI
Nombre de pages
192
Dimensions
24 x 16 x 1 cm
Poids
312 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les outils et leurs symboles

Godefroy

Franc Maconneri

Offres

L’outil ne s’est pas contenté de rester un objet que l’on tient
dans la main, afin d’accomplir une action mécanique sur la
matière. Il s’est chargé de symboles. Il s’est sacralisé depuis
que les dieux de l’Olympe, dans les temps anciens, l’ont utilisé
pour forger le monde, tandis que les Bibles historiées du Moyen Age
représentaient le Grand Architecte de l’Univers traçant un cercle avec
un grand compas sur la face de l’abîme…
Pourquoi alors l’équerre et le compas sont-ils devenus l’emblème des
Compagnons du Tour de France, mais aussi des Francs-maçons ?
Pourquoi ces initiés ont-ils rattaché l’équerre à la matière et le compas à l’esprit ? D’autres outils traditionnels, tels le marteau et l’enclume du forgeron, la faucille ou la faux du moissonneur, ont pris valeur d’emblèmes. Certains outils se sont couverts de légendes. C’est ainsi qu’aux siècles passés, au pays d’Armorique, la faux dans les mains de l’Ankou était annonciatrice de la mort et de la fin ultime de toutes
choses.
Les sociétés initiatiques seraient-elles les seules à avoir revêtu ces
vieux outils d’un manteau de symboles ? Le bon sens populaire aurait il
découvert en eux une analogie avec de grandes idées, des principes
universels, une règle à observer ?
Quant aux maîtres verriers des cathédrales, ils faisaient figurer les
outils des corporations d’alors sur les verrières des saints patrons
des métiers. Ici encore, il y avait sacralisation de l’outil.
Au début du XXe siècle, la faucille et le marteau devenaient les
emblèmes d’un idéal communautaire ; tandis que le compas devenait
l’emblème de l’excellence dans le métier, comme on peut le voir sur la médaille des Meilleurs Ouvriers de France.
S'identifier pour envoyer des commentaires.