Librairie coiffard

La brûlure, roman
16,00
par (Libraire)
8 janvier 2021

Conseillé par Marie-Laure

« On peut mettre un immense amour dans l’histoire d’un brin d’herbe. » C’est par cette citation de Flaubert que Christophe Bataille ouvre son nouveau livre. Ici, il ne sera pas question d’un brin d’herbe, mais d’un arbre, plus exactement un hêtre de 30 mètres de haut. Et il sera bien question d’amour. Nous sommes « au centre géographique de la France », il fait extrêmement chaud. Deux enfants devenus adultes s’aiment depuis toujours dans cette nature arborée. Il est élagueur, il est l’homme qui murmure aux oreilles des arbres. Chaque phrase, chaque mot est comme une caresse, une déclaration à la vie, à la Nature, à sa femme. Une extrême sensualité transparaît à chaque page. Le drame va venir d'un frelon, l’ennemi de l’élagueur. Il sera piqué à 130 reprises par des frelons asiatiques, le brûlant sur tout le corps et le laissant dans le coma. Christophe Bataille laisse alors la parole à sa femme. Il est des livres qui sont des poèmes, il est des livres qui vous bouleversent. Ode à la Nature, celle qui souffre et qui peut vous faire souffrir, ode à l’Amour et à l’intimité. Un livre en diptyque, la deuxième partie est celle de Philippe, « le grimpeur d’arbres » qui nous raconte son métier, sa passion. Le livre se finit sur une autre citation parfaite, de Luther : « Si demain c’est la fin du monde, je plante un arbre. »

Ce matin-là

Les Éditions Noir sur Blanc

17,00
par (Libraire)
7 janvier 2021

Conseillé par Stéphanie

Gaëlle Josse dédie son roman "À ceux qui tombent". Cette dédicace, si simple, en dit beaucoup. Gaëlle Josse a des yeux qui regardent et un écrivain qui sait regarder est capable de voir l'invisible.
"Ce matin-là" s'ouvre aussi sur une comptine ritournelle connue de tous : "Nous n'irons plus au bois". "La belle que voilà" se nomme Clara, prénom de lumière. Mais ce matin-là, la lumière reste éteinte. Clara n'a plus l'énergie, plus l'envie. Clara n'a plus faim de rien, ni de vie, ni d'amour. Le temps d'une comptine, le temps d'une saison, les lauriers du bois devront repousser avant que la belle puisse à nouveau entrer dans la danse.
Il y eut un soir, il y eut un matin et vint la reverdie, "ce mouvement entêté de la lumière, de l'oxygène et de la sève, qui ramène à la vie".
Gaëlle Josse prouve avec talent qu'on peut parler de dépression sans s'apitoyer.
C'est l'histoire d'une chute, d'une hibernation et d'un réveil. C'est si juste, si beau. En ce début 2021, "Ce matin-là" est comme une "fleur de trottoir". La poésie et l'espérance se sont invitées là où l'on ne les attendait pas.

La fièvre, Roman

Roman

Albin Michel

19,90
par (Libraire)
6 janvier 2021

Conseillé par Manon

En 1878 à Memphis, une maladie mystérieuse contamine petit à petit les habitants.
Keithing, rédacteur en chef du journal local, publie un article effrayant qui fait souffler un vent de panique sur la ville. Au milieu des bousculades et de la terreur, Anne Cook, tenancière du lupanar le plus luxueux de la ville, aménage sa maison close en hôpital de fortune. Raphaël T. Brown, ancien esclave, met en place une milice de fortune pour défendre Memphis des pillards et des ingrats qui n'ont jamais voulu de lui.
Emmy, treize ans, tente de fuir la catastrophe et découvre les horreurs que les hommes sont capables de commettre pour assurer leur survie.

Quatre vies bouleversées dans une ville qui se vide et où le silence s’installe. En résonance avec le confinement et l'inquiétude qui occupe notre quotidien, Spitzer décrit avec émotion et précision la panique qui s’empare d’une population entière alors qu’un mal non identifié s’acharne à la décimer.
Amateurs ou amatrices de livres historiques, n'hésitez pas à vous plonger dans ce récit extrêmement bien documenté et plein d'une fougue littéraire qui vous emportera au coeur d'une histoire méconnue de l'Histoire.

Une suite d'événements

Chevelev, Mikhaïl

Gallimard

18,00
par (Libraire)
6 janvier 2021

Conseillé par Marie-Laure

Un journaliste russe est appelé comme médiateur lors d’une prise d’otages dans une église. Le terroriste est Vadim qu’il avait fait libérer de Tchétchénie, 15 ans auparavant. Récit sous tension, course contre la montre et dialogue socratique, le ton est assez cynique mais non dénué d’humour. Au-delà de l’intrigue captivante, le texte dénonce la Russie d’hier et d’aujourd’hui. De la Tchétchénie à l’Ukraine, Chevelev égratigne et interroge la responsabilité de chacun. De la littérature russe sous acide qui ne fait aucune concession.
Article rédigé par Marie-Laure Turoche pour le supplément Monde entier chez Gallimard, en partenariat avec Page

La Vengeance m'appartient
par (Libraire)
6 janvier 2021

Conseillé par Marie-Laure et Coralie

Marie Ndiaye a construit son nouveau roman, non pas autour de trois femmes puissantes (quoique) mais de trois femmes énigmatiques. Me Suzanne (dont on ne connaîtra jamais le prénom) est avocate et vit seule. Elle vient de se mettre à son compte. Elle est comme une abstraction dans ce roman, elle n’a pas d’entité véritable et pourtant, c’est à travers elle que le lecteur va découvrir cette histoire. Elle a embauché comme femme de ménage Sharon, femme sans papier originaire de l’Ile Maurice. Me Suzanne l’aide pour obtenir ses papiers. Entre elles, c’est une relation plutôt passive-agressive. Enfin, Marlyne Principaux, Médée des temps modernes, qui a assassiné ses trois enfants. Mère au foyer, elle a abandonné son poste de professeur à la demande de son mari. Peu à peu, celui-ci a réussi à l’isoler, à la fragiliser, à la casser. Et Gilles Principaux justement ? « Qui était Gilles Principaux pour elle ? » Cette interrogation, telle une rengaine parcourt le roman. Car lorsque Gilles Principaux vient demander à Me Suzanne de défendre sa femme, elle est comme frappée par un coup de poing. Elle pense reconnaître en lui l’adolescent qui un jour, l’aurait fait entrer dans sa chambre en transformant sa vie à jamais. L’obsession court tout au long du roman, jusqu’à perturber sa vision du monde, jusqu’à perturber ses parents. Un roman à la fois mystérieux et magnétique, puissant et brillant. Marie Ndiaye est de retour.